La formation professionnelle est-elle vraiment efficace ?

La réforme actuelle veut impulser un système de formation professionnelle plus performant, pour faire face à la transformation des métiers et développer l’économie du pays dans les années à venir. Ce levier sera-t-il suffisant pour relever le défi ? Comment savoir si cela sera efficace ?

Mais la formation professionnelle, c’est quoi ?

Avant tout, c’est un processus d’apprentissage qui permet à un individu d’acquérir ou de perfectionner une qualification professionnelle, en développant son savoir (connaissances), son savoir-faire (compétences, capacités) et son savoir-être (aptitudes, comportements), nécessaires à l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle.

Les étapes essentielles de ce processus sont les suivantes, à chacun sa vitesse de course 🙂

  • 1er ingrédient  : une dose d’humilité et une prise de conscience individuelle que l’on est incompétent ou partiellement compétent face à une problématique donnée. Imaginez un véhicule mal équipé : sera-t-il tenir toute la route ?
  • 2ème ingrédient : la volonté de développer une compétence pour atteindre un objectif bien ciblé. Ce « pour quoi » donnera le sens et la motivation d’apprendre. Imaginez un véhicule sans carburant : saura-t-il avancer vers sa destination ?
  • 3ème ingrédient : l’apprentissage effectif  passe par l’acquisition d’une compétence nouvelle en pratique. Imaginez un véhicule avec un nouveau moteur qui n’a encore jamais roulé ?
  • 4ème ingrédient : l’appropriation de la compétence de manière inconscienteà partir du moment où on applique réellement de façon innée la nouvelle aptitude dans son quotidien. Imaginez un véhicule qui roule en mode « auto-pilote »…

Les 2 premières étapes passent nécessairement par l’implication du stagiaire. C’est d’ailleurs l’optique donnée par le Gouvernement pour responsabiliser les individus à construire eux-mêmes leur projet professionnel et pédagogique. Ils sont d’autant plus engagés à développer et valider de nouvelles compétences qu’ils sont autonomes à identifier et concevoir leur propre parcours de formation. Vous pouvez consulter, à titre d’exemple, un format innovant de micro-formations, avec un choix de combinaison « sur -mesure », qui vise le développement rapide de bonnes pratiques professionnelles en entreprise : 

http://www.1pacter.com/la ruche/

 

La règle des 70/20/10 reste toujours d’actualité en matière d’efficacité d’apprentissage, même avec les nouveaux modes de formation :

L’efficacité de la formation professionnelle passe donc inévitablement par le suivi et l’évaluation en environnement réel de travail. En entreprise, la valeur des équipes managériales / RH / formation … est alors de savoir piloter cette étape déterminante dans la performance au 

poste de travail.

Quels moyens sont à leur disposition pour le suivi ? Un management et un accompagnement de terrain avec une posture de coach aidant au développement du collaborateur. Constat de la réalité actuelle : difficile d’endosser ce rôle et cette responsabilité, par manque de temps, de ressources., de volonté, de compétence…

Une astuce : pourquoi ne pas sous-traiter au formateur qui peut faciliter le processus du début jusqu’à l’accompagnement de fin ?

Quels moyens sont à leur disposition pour l’évaluation ? Mesurer l’efficacité de la formation est un sujet presque « taboo ». Seules 15% des entreprises évaluent les dispositifs de formation jusqu’à l’analyse du retour sur investissement (ROI) ou retour sur attentes (ROE). Là encore, elles ont du mal à évaluer l’impact du développement du capital humain sur la valeur de l’entreprise. 

Une astuce  :  il existe pourtant une approche qui permet de mesurer les efforts investis dans l’actif immatériel de l’entreprise (voir article : http://www.1pacter.com/valoriser-capital-immateriel-entreprise/).

Pourquoi ne pas faire appel à un expert, idéalement le formateur/consultant, pour cette évaluation chiffrée des gains et du retour sur formation ?

L’enjeu de la formation est bien vital au développement de la performance de l’entreprise, de l’humain et de l’économie française.

Voulons-nous prendre ça au sérieux comme un investissement de valeur ou bien le subir comme une contrainte ? A nous de choisir ….

Gaël Oclit.

2 Comments

  1. Moss - Australia dit :

    Let s start by having a good and thorough induction process before talking about training and development.

    Organizations with a top class induction have a retention rate 80% better than those who do not.

  2. 1PACTER dit :

    Absolutely ! Thanks for your insight.
    L’induction est la clé. : l’art de savoir intégrer un collaborateur dans son entreprise et dans son poste.
    C’est la forme d’apprentissage la plus efficace puisque nous sommes dans le 70%, avec un accompagnement en environnement réel de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.